Chômage partiel : baisse de la prise en charge par l’Etat après la crise sanitaire

23 juil. 2020

Assurance Chômage des dirigeants

Chômage partiel : baisse de la prise en charge par l’Etat après la crise sanitaire

Depuis plusieurs mois maintenant, notre pays subit une très importante crise sanitaire et économique avec pour principale cause le COVID-19. Cette situation totalement inédite a poussé l’Etat ainsi que de nombreuses entreprises à prendre des décisions et à mettre certains dispositifs en place comme le chômage partiel. Si celui-ci était assuré à 100% entre mars et mai, il a été baissé à 85% début juin ; ce mercredi 24 juin, le président de la République a annoncé que cette baisse allait se renforcer pour atteindre un taux de 60% dès le 1er octobre. Cette baisse du chômage partiel a pour but de pousser les salariés à reprendre le travail afin d’augmenter la productivité des entreprises et ainsi relancer l’économie.

 

Définition du chômage partiel et son fonctionnement

Le chômage technique, plus communément appelé chômage partiel, intervient lors d’une période durant laquelle une entreprise doit réduire ou cesser son activité professionnelle mais ne souhaite pas mettre fin aux contrats de travail qui la lient à ses employés. L’entreprise doit alors en faire la demande à l’Etat par le biais d’un site internet. Une fois la demande acceptée suivant les conditions éligibles au chômage partiel, les employés seront indemnisés à hauteur de 84% de leur salaire net. Dans une situation de chômage partiel, l’employé est indemnisé par son entreprise, qui elle-même est indemnisée par l’Etat.

 

Calcul du chômage partiel

Le chômage partiel peut être perçu dans la limite de : 1000 heures par an et par salarié, toutes branches professionnelles confondues et 100 heures par an et par salarié si l’activité partielle résulte de travaux de modernisation. L’allocation versée par l’Etat est fixée à 7,74 euros par heure chômée pour les entreprises jusqu’à 250 salariés puis à 7,23 euros par heure chômée pour les entreprises de plus de 250 salariés. Si vous souhaitez calculer vous-même la somme que représente l’indemnité sur votre salaire net, il vous suffit de multiplier ce dernier par 84 et de diviser le résultat par 100.

 

Etat et chômage partiel face à la crise sanitaire

Selon le ministère du travail, 7,9 millions de français auraient été au chômage partiel en moyenne entre mars et mai ; ces données ont amené l’Etat à budgéter une facture de 31 milliards d’euros sur l’année en indemnisations de chômage partiel. Pendant le confinement, qui a eu lieu entre le 17 mars et le 11 mai, la prise en charge du chômage partiel par l’Etat en ce qui concerne les entreprises s’élevait à 100%.

Après le confinement, cette indemnisation est passée à 85%, puis à compter du 1er octobre, elle baissera de nouveau pour atteindre 60%. Cependant, les entreprises ayant le plus subi cette crise (secteurs de l’hôtellerie, de la restauration, du tourisme, de l’événementiel…) resteront indemnisées à 100% par l’Etat.

La prise en charge par le gouvernement de 60% aura une durée de trois mois et ne pourra être renouvelée qu’une seule fois, à condition que les emplois soient maintenus. En parallèle de cette baisse significative, le gouvernement a mis en place un dispositif de chômage partiel de « longue durée » conservant les mêmes indemnisations qu’aujourd’hui, accessible seulement à partir du 1er juillet et sous certaines conditions.

Tout d’abord, le temps de travail ne devra pas être réduit de plus de 30% ; ensuite, un accord entre l’entreprise et les syndicats devra être conclu. Afin de pallier ces difficultés et d’aider l’économie à se relancer, le gouvernement a mis en place le prêt garanti par l’Etat ; les entreprises peuvent emprunter aux banques, malgré le climat économique incertain, car l’Etat garantit une grande partie du prêt.

En ce qui concerne les salariés, ils seront eux aussi impactés par ces décisions, puisqu’ils verront leur chômage partiel passer de 84% à 72% de leur salaire net à partir du 1er octobre. Afin d’aider les salariés qui ont également souffert de cette crise économique, les banques ont elles aussi pris certaines mesures comme le report des échéances pour tous les clients détenteurs de crédits immobiliers, l’augmentation des découverts autorisés…

Plusieurs questions persistent dans l’esprit des employés comme notamment celle de l’Assurance-chômage, dont les précisions sont attendues dans les prochaines semaines.

 

Pour conclure, pensez à vous protéger en vous assurant à titre privé grâce à notre Assurance Chômage des Dirigeants d'Entreprises non éligibles à la prise en charge du par le Pôle Emploi.

 

Cabinet Cohen : Courtier d'Assurance & Cabinet de Conseil en Gestion de Patrimoine | Professionnels et Chefs d'Entreprises | Saint-Germain-en-Laye

Gardez un oeil sur l'actualité du Cabinet Cohen

Toute l’Actu sur l’Assurance, la Protection Sociale, les Placements Financiers et l’Immobilier.