Marché de l'art : une solution pour diversifier vos placements ?

7 sept. 2020
Partagez-nous :

Investir dans l'Art

Marché de l'art : une solution pour diversifier vos placements ?

Investir dans l'art : une bonne idée pour votre épargne ?

Dans un environnement économique et financier perturbé par les crises successives, il devient de plus en plus complexe de placer son argent. Les placements traditionnels ne rapportent plus, pire, certains vous font même perdre de l’argent à cause de l’inflation, supérieure aux taux d’intérêts… Alors comment investir et diversifier son épargne ?

Pourquoi pas dans les œuvres d’art ? Est-ce une bonne alternative ? Si l’on en croit l’indice Artprice100® (indice global et planétaire sur l'art ancien, moderne et contemporain), la réponse est oui : avec une progression de +396 % depuis 2000, le marché de l'art connaît une croissance insolente. Mais qu’en est-il vraiment ? Investir dans l’art est-il à la portée de M. tout le monde ? Investir sur ce placement atypique est-il rentable ?

 

Evolution du marché de l’art

Avant toute chose, qu’est-ce qu’une œuvre d’art ? Vaste question… à laquelle on pourrait répondre que c’est d’abord un objet physique, ayant une valeur esthétique ou conceptuelle. Peinture, sculpture, photographie, dessin, collage... l’art prend des formes différentes et évolue avec le temps. Aujourd’hui, on considère aussi les œuvres conceptuelles comme objet artistique à part entière, comme avec le « land art » qui utilise le cadre et les matériaux de la nature ou la « performance » qui met en scène un artiste devant un public. Une œuvre doit être signée par l’artiste et être accompagnée d’un certificat d’authenticité. Ces deux critères de fiabilité prennent d’autant plus d’importance à la revente, il conviendra donc de s’en assurer au moment de l’achat.

Longtemps réservé aux connaisseurs ou aux plus riches, le marché de l’art s’est considérablement démocratisé depuis une cinquantaine d’années. On comptait à peine 500 000 collectionneurs d’art après la Seconde Guerre mondiale, alors que ceux qui achètent de l’art aujourd’hui seraient plus de 70 millions à travers le globe. Cette ouverture est également soutenue par un autre facteur : la forte augmentation du nombre de musées dans le monde : près de 700 ouvrent chaque année, dont la majorité en Chine. Ces musées achètent des œuvres en grande quantité (4 à 5 000 pièces en moyenne) et, à la différence des collectionneurs, ne revendent presque jamais ces objets d’art, ce qui a pour effet de tirer les prix vers le haut.

Quelques chiffres :

  • Le nombre de lots vendus aux enchères a doublé en 20 ans : 550 000 en 2019 contre 272 000 en 2000 ;
  • Le produit de ventes a été multiplié par quatre : 13,3 Mrd$ en 2019 contre 3,2 Mrd$ en 2000 ;
  • La France se classe en 4ème position sur le marché de l’art, derrière les États-Unis, la Chine et le Royaume-Uni ;
  • L’art d’après-guerre et l’art contemporain représentent presque 40 % du marché mondial ;
  • Le « Salvator Mundi », toile attribuée à Léonard de Vinci, a été vendue 450 millions de dollars en 2017, ce qui en fait l’œuvre la plus chère de l’histoire.

 

Pourquoi investir dans le marché de l'art ?

Comme beaucoup d’investissements, l’art peut se révéler être une bonne opportunité de placement, à condition d’être bien informé.

Depuis près de 20 ans, les chiffres de ventes du marché de l’art, tant en volume qu’en valeur, sont en croissance et démontrent un attrait toujours plus fort pour les objets d’art. Le prix des œuvres échangées lors de ventes publiques a même augmenté de 90 % sur cette période et le marché de l’art se porte mieux que les indices boursiers depuis 2002. C’est un placement alternatif, qui permet de diversifier son patrimoine et se révèle être une vraie une valeur refuge sur le long terme.

De plus, et notamment en France, la fiscalité est très favorable aux amateurs d’art, car la seule détention d'œuvres d'art ne supporte aucune fiscalité. La taxation n’intervient qu’au moment de la revente :

  • Soit au régime « forfaitaire » : 6,5 % du prix total de la vente ;
  • Soit au régime « réel » sur la plus-value : 19 % de taxe et 17,2 % de prélèvements sociaux.

Bon à savoir : avec l'imposition au régime réel, un abattement de 5 % par an s’applique sur la taxe au bout de deux ans de détention et les plus-values sont totalement exonérées d’impôt après 22 ans de détention. De plus, la vente d’un objet d’art dont la valeur est inférieure à 5 000 € est aussi exonérée de taxe sur la plus-value.

Concernant la TVA, la France dispose d’un des systèmes les plus avantageux : le taux normal est de 20 % lorsqu'on achète une œuvre d'art, mais ce taux est ramené à 5,5 % si l'acquisition est réalisée en France et directement auprès de l'artiste ou de ses ayants-droit.

Enfin, le principal avantage fiscal est sans doute pour les contribuables assujettis à l'Impôt sur la Fortune Immobilière (IFI), car ce type d’investissement n’entre pas dans l’assiette de l’impôt, idéal pour défiscaliser une partie de son patrimoine.

 

Les points de vigilances pour investir dans le marché de l'art

Peu de spécialistes en gestion de patrimoine présentent la possibilité de diversifier son portefeuille avec l’art, pourtant, une belle opération est envisageable en respectant quelques règles de base :

  • S’informer! Sur l’œuvre, sur la période, sur l’artiste, sur sa côte… comme avec les rapports publiés par Artprice.com par exemple ;
  • Contrôler la traçabilité de l’œuvre, prouvée par un certificat d’authenticité s’il y a lieu, et attestée par la galerie ou l’expert qui représente l’artiste ou ses ayants-droits ;
  • Acheter de préférence un artiste coté (l’une de ses œuvres est déjà passée dans une enchère publique et figure dans un catalogue de vente), dont la valeur est plus stable ;
  • Eviter les tableaux de grands formats, moins recherchés car impossible à intégrer dans un appartement ;
  • Se fixer un budget maximum à l’achat et anticiper les frais annexes : commission auprès d’un spécialiste pour vous aider à choisir une œuvre, frais d’expertise éventuels, assurance spécifique pour les objets d'art de valeurs

En suivant ces conseils, et à condition de viser un placement à long terme (une dizaine d’années), les perspectives de rentabilité sont intéressantes : 7 à 10 % par an pour un investissement à partir de 20 000 €, selon Artprice, leader mondial de l’information sur le marché de l’art.

Envie d’en savoir plus sur les placements atypiques ? Découvrez aussi notre article Pourquoi investir dans les voitures de collection.

 

Cabinet Cohen : Courtier d'Assurance & Cabinet de Conseil en Gestion de Patrimoine | Professionnels et Chefs d'Entreprises | Saint-Germain-en-Laye
Partagez-nous :

Gardez un oeil sur l'actualité du Cabinet Cohen

Toute l’Actu sur l’Assurance, la Protection Sociale, les Placements Financiers et l’Immobilier.